SERVICES

Processus de médiation

Processus de médiation

Valentina Carletti & Dorothy Bollette 

La médiation est un processus de régulation de la relation et de gestion des conflits durant lequel les parties, dont l’intervention est active, recourent à un tiers indépendant et impartial.

Le rôle du médiateur, qui est par ailleurs tenu au secret professionnel, est donc d’accompagner les médiants dans leur propre élaboration d’une entente qui soit équitable, répondant aux besoins de chacun. Si l’objectif est de parvenir à une entente mutuelle et à l’organisation pratique de la vie par-delà les secousses qui la traversent, le processus de médiation pourra également donner toute sa dimension aux vécus des personnes concernées. Il constitue un espace d’expression et d’écoute où chacun a sa place, dans toute sa singularité et sans jugement.

Une médiation s’effectue toujours sur une base volontaire, dans une démarche commune, même lorsque celle-ci résulte d’une proposition initiée par un juge. Personne ne peut être contraint de participer à une médiation. Celle-ci peut prendre fin, à la demande de l’une ou l’autre partie, ou sans qu’un accord ait pu être élaboré.

L’accord de médiation, le plus souvent écrit, entérine ce qui a été convenu entre les parties. Il est le fruit de ce travail commun et respecte nécessairement les attentes et les besoins de chacun. Il implique que les deux parties le respectent. 

En tant que médiatrices agréées par la Commission fédérale de médiation, nous élaborons des accords qui peuvent être homologués. L’ordonnance d’homologation a l’effet d’un jugement et a donc une valeur exécutoire.

Nos services concernent 

La médiation familiale

La médiation familiale touche les domaines suivants :

  • les différends relatifs au droit des personnes (pension alimentaire, hébergement des enfants, partage de l’autorité parentale, etc.) 
  • le divorce par consentement mutuel 
  • le partage du patrimoine 
  • les différends concernant la cohabitation légale et de fait 
  • tout différend dans le contexte familial susceptible d’être réglé par transaction

La médiation familiale est particulièrement conseillée dans les cas où une relation est amenée à perdurer par-delà la séparation, ainsi pour les parents ayant fait le choix d’une séparation. La résolution d’un conflit à l’amiable préservera autant que possible la qualité de la relation – par la recherche d’accords justes et durables et le respect des vécus et des besoins de chacun – là où une résolution par voie judiciaire sera souvent peu apaisante. 

Par ailleurs, la vie familiale est jalonnée de petits et de grands conflits qui ne sont pas toujours du ressort de la justice. La médiation familiale, en tant qu’espace neutre pour aborder ce qui ne se résout pas spontanément, est une voie possible pour l’élaboration d’accords pratiques au cœur de la mésentente. 

Elle dépasse ainsi la question centrale de la séparation.

La médiation intergénérationnelle 

La médiation intergénérationnelle répond à des situations familiales de dissensions mêlant plusieurs générations. 

Pour exemples, les situations rencontrées peuvent être liées à

  • un questionnement familial sur le bien-être d’un de ses membres (perte d’autonomie, mise sous tutelle, vieillissement, avenir proche ou lointain d’un membre porteur d’un handicap, etc.)
  • Une difficulté à organiser les relations entre grands-parents et petits-enfants
  • Une situation financière entraînant le recours à la solidarité intergénérationnelle 

La médiation intergénérationnelle permet aux membres d’une famille confrontés à une situation de ce type de se réunir pour tâcher de démêler, ensemble et dans le respect de chacun, les fils noués d’une situation familiale intergénérationnelle devenue conflictuelle.

La participation à ce processus, par ailleurs confidentiel, est strictement libre et volontaire.

Le médiateur, dont les qualités de neutralité et d’impartialité sont inhérentes à sa fonction, accompagne les médiants dans leur recherche d’une entente mutuelle et l’élaboration pratique d’une solution à la difficulté qu’ils rencontrent.

La médiation successorale

C’est parfois à l’occasion d’événements douloureux, qui bouleversent notre réalité quotidienne, que naît le conflit.

Une reconsidération de la situation, une réappropriation de cette réalité nouvelle est alors nécessaire, mais se fait rarement sans heurts.

Ainsi le décès d’un membre de la famille, le plus souvent d’un parent, est un événement qui peut susciter, par-delà une tristesse partagée, un désarroi qui fragilise la poursuite harmonieuse des relations familiales, qu’elles soient proches ou plus élargies.

Dans ces cas, le partage successoral est une épreuve supplémentaire, tant il peut être investi d’une valeur émotionnelle.

La médiation successorale permet aux membres d’une famille confrontés à une situation de ce type, d’investir un espace commun vierge, dans un extra muros du système familial, pour tâcher de démêler, ensemble et dans le respect de chacun, les fils noués d’une situation successorale devenue conflictuelle.

La participation à ce processus, par ailleurs confidentiel, est strictement libre et volontaire.

Le médiateur, dont les qualités de neutralité et d’impartialité sont inhérentes à sa fonction, accompagne les médiants dans leur recherche d’une entente mutuelle et l’élaboration d’une solution pratique à la question successorale qui pose question.

to top button